Projet associatif

L’association Emotion Do Brasil

Les activités de l’association à destination du « grand public », et plus particulièrement de la cellule familiale, sont structurées autour de 2 objectifs principaux :

  • Proposer des animations de promotion et de diffusion de la culture brésilienne, notamment via la Capoeira. Le professeur propose depuis 2007 des cours de Capoeira sur l’agglomération paloise, ainsi que des animations autour de cette discipline, dans tout le département des Pyrénées Atlantiques. D’autre part, l’association organise à Pau, 2 évènements majeurs annuels dans ses activités: « Le salon de la petite enfance »  , et les « Rencontres internationales de Capoeira » en Mai/Juin.

 

  • LE PROJET«ARTE GER’ AÇAO» 
    Le contexte social au brésil
    Au Brésil, le temps scolaire n’est réparti que sur la demi-journée. Le reste du temps, les enfants et adolescents doivent être pris en charge par les familles. Par conséquent, beaucoup d’entre eux sont livrés à eux-mêmes et laissés à la rue. Ils peuvent être exposés à des environnements malsains tels que la violence familiale ou la violence de la rue, avec les risques que cela comporte de marginalisation et de mauvaises rencontres.
    Malgré toutes les intentions de l’Etat brésilien pour réduire les inégalités scolaires et encourager les politiques sociales en faveur des droits des enfants, la jeunesse brésilienne vit encore dans des situations de vulnérabilité sociale: au cours des dernières années, il a été observé chez les enfants et les adolescents une augmentation de la violence, de l’utilisation de drogues et d’alcool et une diminution des performances scolaires voire l’abandon de l’école
    2. Dans ce contexte, la culture est le médiateur social essentiel à l’exercice de la citoyenneté pour ces jeunes. «Ce qui leur manque, c’est un entourage stable: des services sociaux, des écoles, une famille fiable, un rythme régulier et des possibilités de loisirs»
  • 3.Une recherche faite par l’association Nationale des Sports démontre que par le biais du sport, les jeunes se sentent moins exclus et se scolarisent plus facilement. Ainsi, la pratique du sport contribue à l’apprentissage des règles de vie en communauté, au respect et à la coopération. Elle contribue également à l’épanouissement des jeunes en combattant l’oisiveté, trop souvent responsable des dérives.