Capoeira

La Capoeira : origine et évolution

  

La Capoeira, expression d’une culture

Issue du déracinement des esclaves noirs (en particulier l’Angola) vers le Brésil, la capoeira est l’expression d’une lutte cachée afin de conserver un mode d’expression d’une culture lourdement réprimée. Elle se développe au sein même des habitations et des lieux de travail des esclaves. Une formidable preuve de la volonté de perpétuer ses traditions, et de retrouver leur liberté; les esclaves n’ont jamais usés des armes pour se révolter. Après la fin de l’esclavage, cette pratique reste  marginale et réprimée par  la constitution brésilienne de 1890, elle est interdite jusqu’aux années 1930.

Getulio Vargas, président de la première République, la remet à l’honneur dans son « Estado Novo » : l’ensemble des signes et principes de l’africanisme deviennent alors les symboles de la nouvelle brasilianité.

Depuis, la capoeira ne cesse de se développer et de se diversifier ; reflet de la liberté, du courage elle est une véritable institution au Brésil au même titre que le samba et le football.

Plurielle, complexe et diversifiée, la Capoeira est un art polyvalent réunissant plusieurs disciplines en une.

Instruments capoeira émotion Brésil

Mieux connaître la capoeira

La Capoeira ressemble à la société brésilienne : complexe, diverse et fortement marquée par le métissage. A la fois danse, lutte et jeu, elle peut être tout autant ritualisée qu’espace de libre expression.

Quelques codes peuvent néanmoins permettre d’entrer dans le monde rituel de la Capoeira. Cet art s’exprime dans un cercle symbolique : la roda de capoeira.

Le jeu de Capoeira commence par un appel musical : les capoeiristes forment un cercle symbolique, appelé roda, autour des instruments. Tour à tour, musiciens, chanteurs et joueurs, les capoeiristes entrent par deux dans le monde du capoeiriste: la roda. Commence alors un jeu de malice, de ruse, et d’agilité qui mêle coups de pied et esquives, acrobaties et enchaînements au sol.

Cette discipline aux multiples facettes reconnaît deux jeux essentiels, deux styles que l’on oppose souvent :

La Capoeira Angola défendue par Mestre Pastinha : préserve la tradition venue d’Afrique et se définit souvent comme la capoeira authentique. Son jeu se caractérise par un rythme lent et près du sol. Un premier crie : le « iéééé » ouvre le jeu, un chanteur commence alors un chant significatif. Les see live sex joueurs font des mouvements réfléchis et emprunts de « malicia » ou « malendragem ». Ses gestes maîtrisés, son jeu fluide et expressif en font un spectacle captivant.

La Capoeira Régional ou lutte régionale bahianaise : fusionne la Capoeira Angola traditionnelle avec la Capoeira moderne développée par mestre Bimba, plus occidentalisée et mélangée à d’autres arts martiaux. Son rythme musical est plus rapide, les mouvements sont vifs, aériens et acrobatiques. C’est une capoeira spectaculaire au cours de laquelle les adversaires multiplient les combinaisons de coups de pieds amples et rapides.

Instruments capoeira émotion Brésil

Un vocabulaire spécifique

Abada : pantalon du capoeiriste.

Atabaque : instrument de percussion de forme conique, souvent utilisé dans les cultes afro-brésiliens (proche des congas).

Berimbau : arc musical, instrument d’origine africaine composé et d’un arc d’un fil métallique tendu sur un bois et d’une calebasse. Instrument majeur de la Capoeira. Le Gunga qui dirige la ‘roda’ est le berimbau composé de la plus grosse calebasse.

Instruments capoeira émotion Brésil : Berimbau

Roda de Capoeira : ronde ou cercle formé par les capoeiristes et dans lequel se déroule le jeu.

Ginga : mouvement de base exécuté par le capoeiriste dans la roda. Manière de se déplacer et d’esquiver les attaques en balançant le corps de gauche à droite au rythme des instruments.

Ladainha : ‘litanie’. Chant qui ouvre la roda de Capoeira, avant que le jeu ne démarre :elle raconte une histoire.

Maculêlê ou « danse des bâtons » : danse dramatique simulant un combat, dans laquelle les danseurs frappent deux bâtons ou sabres. Sa mise en scène est la même que pour la Capoeira : deux danseurs au centre de la roda. Ceux qui forment le cercle frappent dans les mains et peuvent entrer quand ils le veulent.

Mandiga : manière stylée, rusée de jouer la Capoeira. Feinte, astuce…

Malandragem : terme utilisé en Capoeira pour parler de la ruse du capoeiriste. Manière de tromper l’adversaire, de le feinter. Caractéristique du jeu.

Pandeiro : petit instrument de percussion à main

Samba de roda : samba dansé dans un cercle par un couple au son des instruments. Un couple en remplace un autre : chaque homme et  femme s’imposent en faisant une entrée pleine de charme. Ce samba suit souvent la roda de Capoeira afin de se divertir entre amis.